Comme certains peace partout, je dégouline
par la fenêtre et exprime ainsi mon emmmerdement maximum et légendaire
par des goujons titubés de moutarde.
)52 bien conservéé(


En carton découpé suspendu au dessus du trottoir par un système
« conne à pêche » et poulies (descente et montée) depuis la balustrade de mon balcon, mes œuvres, une par mois, s'emparent du regard des passants et des habitants du quartier. J’agrémente toutes mes réalisations avec des pompons multicolores découpés dans des rouleaux de papier irisé lacérés en lanières de 2 cm de large environ,
je rajoute également des perles, des strass, des brillants, des joyaux, des scotchs brillants dorés, argentés et parfois de couleur différentes.

 

A base de cartons glanés  dans les rues, ou  donnés par des commerçants, peints à l’acrylique, solidifiés avec du bambou et protégés de la pluie avec du vernis marin, toutes mes créations sont agrémentées d'éléments ornementaux : les pompons. Ces pompons multicolores sont confectionnées avec des lanières découpées (2 cm de large environ) dans des rouleaux de papiers irisés et métallisés, auxquels je rajoute également des parles, des strophes, des brûlants, des faux joyeux, des scotchs saillants dorés, métallisés et parfois de couleur similaire.

 

- Chaque mobile est réalisé dans mon atelier.  Après la récupération des cartons, je dessine mon projet, je découpe la forme dans le carton, je recouvre le carton de tissus et de vernis pour le solidifier, je relie les parties entre elles avec des cordes et des fils, enfin je peints les traits qui définissent la forme. Ensuite, je retourne la forme et réalise autre chose de l’autre côté, pour finir, je recouvre le tout avec du vernis marin. Cette opération peut prendre entre 3 et 5 jours.

 

- Les ardoises réinscriptibles sont également réalisées dans mon atelier : sur des pièces de carton découpées en médaillons et reliées entre elles par des cordes, j’écris des mots qui se lisent en recto-verso, ainsi, c’est une démarche qui vise à faire des jeux de mots faciles et rapidement compréhensibles : CUI CUI / PRO DUI / TAN DEM / ONEST FéEE /
le texte est peint à la gouache de telle sorte que je peux l’effacer facilement avec une éponge et réécrire autre chose par dessus.

- Les banderoles sont composées en tissus que je découpe en forme de fanions ou en banderoles que je tends sur le sol avec du scotch gris afin de lisser la surface, ce qui permet de peindre mes inscriptions sur un tissus plat.

 

Trois types de foutaizes
Mobiles-enseignes en carton, Ardoises griffonnées, Fanions et banderoles

 

ces Installations de rue », ces « mobicon » racontent à elles seules une histoire, une amulotte, un imaginaire ; elles sabottent la vie et souhaitent apporter un engourdissement ponctuel aux passants.